Déclaration d'Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente du C40

Le dérèglement climatique est une menace réelle pour l’avenir de notre planète. Il met en péril la santé, la prospérité, la sécurité et la vie de nos enfants et petits-enfants. Les preuves scientifiques sont indéniables et irréfutables. L’année 2016 a ainsi été l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés de températures et le XXIe siècle compte seize des dix-sept années les plus chaudes qu’ait connu la Terre.

Les conséquences du dérèglement climatique se font déjà ressentir dans les grandes villes du monde : ouragans à la Nouvelle-Orléans et à New York, inondations à Paris, Houston et plus récemment Montréal, vagues de canicules mortelles à Sydney, pollution de l’air à Pékin, Delhi et dans toutes les grandes villes…  Tout cela a présidé à la décision de 190 nations de signer en 2015 l’Accord de Paris pour le Climat.

Cet exploit diplomatique inouï n’aurait notamment jamais vu le jour sans l’implication des États-Unis d’Amérique. En retirant les Etats-Unis de l’Accord de Paris, le Président Trump commet aujourd’hui une erreur aux conséquences dramatiques fatale.

En tant que présidente du C40, qui réunit les 91 villes les plus importantes au monde mobilisées pour le Climat, et en tant que Maire de Paris, j’appelle solennellement le gouvernement des États-Unis à revenir sur cette décision dramatique. Si nous voulons éviter les effets les plus ravageurs de la crise climatique, les quatre années à venir sont cruciales. Nous avons plus que jamais besoin du leadership américain face à ce défi majeur. 

Quelle que soit la décision définitive de Donald Trump, les grandes villes du monde – et notamment les douze villes américaines membres du C40, sont et seront au rendez-vous de leurs responsabilités pour mettre en œuvre l’Accord de Paris.

Sur tous les continents, pas un jour ne se passe sans que les Maires du C40 ne posent des actes audacieux et avant-gardistes, au service du futur des citoyens de nos villes. Nous continuerons encore et encore, inlassablement. Car l’évidence et l’urgence climatiques autant que les perspectives économiques que représente la transition écologique, n’offrent à personne de meilleure alternative.